Action cancer du sein du Québec (antérieurement connu sous le nom d'Action cancer du sein de Montréal) préconise la prévention du cancer du sein et l’élimination des substances toxiques présentes dans l’environnement en lien avec cette maladie. Nous travaillons auprès de la population pour entraîner les changements sociaux nécessaires afin d’arrêter la maladie avant qu’elle se manifeste.

BCAM

Projets

FemmeToxic vise à éduquer les jeunes femmes à propos des dangers potentiels des ingrédients contenus dans les cosmétiques, à leur fournir les outils nécessaires pour qu’elles puissent agir au niveau personnel ainsi qu'à influencer la législation canadienne. Disez non aux substances toxiques! Exigez des cosmétiques plus sécuritaires!

Passez à l’action contre les toxiques (PACT) est un projet d’éducation et de sensibilisation du public auprès de diverses communautés à propos des dangers des substances toxiques présentes dans les produits de consommation (shampoing, savons, cosmétiques, produits nettoyants, etc.) Par l’entremise d’ateliers interactifs, nous visons l’émergence d’actions collectives innovantes et créatives pour un environnement non toxique.

3i

3I: Influence, Initie, Impacte, projet d'une durée de deux ans aborde le volet leadership de FemmeToxic en travaillant avec des groupes communautaires de cinq jeunes femmes dans la région de Montréal. 3I aidera à promouvoir le leadership des jeunes femmes dans les actions communautaires, civiques et politiques. Il s'agit d'une excellente occasion pour nous de travailler avec les jeunes leaders!

la campagne d'ACS-Qc : Lâchez mes hormones! Prenez position contre les perturbateurs endocriniens a été сréée pour informer les gens des effets néfastes des perturbateurs endocriniens sur notre santé. Des études ont démontré que les perturbateurs endocriniens sont liés au cancer du sein, au cancer de la prostate et à d'autres maladies chroniques. D'autant plus qu'ils sont omniprésents ; ils se retrouvent dans les cosmétiques, les produits nettoyants, les aliments en conserve ainsi que dans les voitures.

Nouveautés

Éditorial : Plus d'analyse critique, plus de débat

Par Jennifer Beeman, Directrice générale d'Action cancer du sein du Québec

Par Jennifer Beeman, Directrice générale d'Action cancer du sein du Québec

Voici le plus récent numéro du merveilleux bulletin d’Action cancer du sein du Québec. Ce bulletin, unique en son genre, est produit par une équipe de professionnelles dévouées. Notre publication semestrielle en ligne contient, outre des articles originaux, des reproductions et des traductions d’importants écrits publiés ailleurs et une rubrique consacrée aux articles à ne pas manquer : des liens vers un éventail de nouvelles dignes d’intérêt, y compris des articles scientifiques récents.

Or, dans notre ère marquée par le caractère éphémère des nouvelles diffusées principalement en ligne, on a tendance à lire en diagonale les articles qui correspondent à notre propre vision du monde. Parallèlement, les services de nouvelles sont de plus en plus la propriété d’une poignée d’entreprises, à l’instar de plusieurs organisations dans de nombreux domaines. Cet état de fait concourt à tenir à distance le débat véritable —c’est‑à‑dire l’échange de points de vue et la discussion autour des consensus scientifiques émergents —, et ce, malgré le fait que nous sommes inondés de nouvelles.

Pour contrer cette tendance, nous lançons une nouvelle rubrique intitulée « Débats ». Dans le domaine du cancer du sein, le besoin de débats, d’échanges et de discussions passionnés, où toute personne a voix au chapitre, se fait sentir de façon pressante. Certaines organisations tendent à dominer le discours pour conserver la mainmise sur des questions précises (la question complexe de la mammographie en est un exemple flagrant), passant sous silence d’autres questions (comme c’est le cas des causes environnementales du cancer du sein).

May 11 2016 - 10:26pm

SABCS 2015 : Qui pourrait éviter la chimiothérapie? Les signatures moléculaires nous le diront

Introduction de Patricia Kearns, Conseillère en recherche et en réseautage, ACS-Qc

Le billet qui suit a été publié sur le blogue de bcaction.org après le colloque sur le cancer du sein qui s’est tenu à San Antonio en 2015. Nous avons cru qu’il vous intéresserait.

Lorsque j’ai reçu mon diagnostic de cancer du sein l’année dernière, je ne connaissais pas le test Oncotype DX®. C’est une amie qui m’en a parlé tout juste avant ma chirurgie. Elle m’a expliqué que la RAMQ couvrait le test pour les femmes admissibles (cancer du sein avec récepteurs hormonaux positifs sans atteinte ganglionnaire). Il s’agit d’un outil aidant à déterminer l’utilité de la chimiothérapie. Je n’étais pas admissible puisque mes ganglions lymphatiques étaient atteints, mais mon oncologue m’a dit que, dans le cas contraire, il aurait accepté de me le faire passer. Un échantillon de tissu mammaire aurait alors été prélevé et envoyé en Californie pour analyse.

Il est encourageant de constater les progrès réalisés dans la mise au point de ce genre de tests et de savoir qu’un jour, les femmes présentant une atteinte ganglionnaire auront également accès à des tests prédictifs. Toutes les femmes devraient pouvoir obtenir le plus d’information possible sur leur état et sur les résultats probables des traitements qui leur sont proposés. Si vous venez d’apprendre que vous avez un cancer du sein, n’hésitez pas à parler de ce test avec votre oncologue. Personne ne devrait être exposé inutilement à une chimiothérapie!

May 11 2016 - 10:21pm