Sauf indication contraire, l’information est en anglais seulement dans les sites Web mentionnés.

1. Dix-sept produits chimiques communs liés au cancer du sein selon une nouvelle étude
Selon Julia Brody, Ph. D., auteure de l’étude et directrice générale du Silent Spring Institute, chaque Américaine a été exposée à des produits chimiques pouvant augmenter pour elle le risque de cancer du sein. Malheureusement, le lien entre produits chimiques toxiques et cancer du sein est largement ignoré.
http://www.commondreams.org/headline/2014/05/12-2

2. Un produit chimique cancérigène contenu dans les shampoings fait l’objet d’un accord juridique inédit
Le Center for Environmental Health (CEH) annonce qu’il est parvenu à conclure un important accord juridique tout à fait novateur avec 26 grands fabricants de shampoing, en vertu duquel un produit chimique cancérigène reconnu, le cocamide diéthanolamine, sera retiré des shampoings et des produits de soins personnels.
http://ecowatch.com/2014/05/05/cancer-causing-chemical-in-shampoos-legal-agreement/

3. Triclosane et triclocarban
D’après l’Association canadienne du droit de l’environnement, certains produits chimiques antibactériens dangereux et inutiles devraient être bannis des produits de consommation.
http://www.cela.ca/triclosan-and-triclocarban
Voir également : http://www.cleanproduction.org/resources/entry/produits chimiques-in-consumer-products-resource
http://www.cela.ca/fran%C3%A7ais

4. Comment les antioxydants peuvent-ils accélérer les cancers et pourquoi ne nous protègent-ils pas?
Résumé tiré du site Web ScienceDaily
Deux chercheurs sur le cancer se sont demandé pourquoi les suppléments d’antioxydants pourraient ne pas contribuer à réduire le développement du cancer et pourquoi ils seraient plus nuisibles que bénéfiques. Leurs constatations sont basées sur des avancées récentes de la compréhension du système cellulaire qui établit un équilibre naturel entre oxydants et antioxydants. Ces composés interviennent dans ce qu’on appelle des réactions redox (réduction et oxydation) essentielles dans la chimie cellulaire.
http://www.sciencedaily.com/releases/2014/07/140710094434.htm
Cold Spring Harbor Laboratory (10 juillet 2014), How antioxidants can accelerate cancers, and why they don't protect against them, ScienceDaily, article extrait le 15 juillet 2014

5. La perturbation du système endocrinien par les produits chimiques utilisés pour la fracturation est plus importante que ce qu’on a toujours cru
Résumé tiré du site Web ScienceDaily
Selon une nouvelle étude, de nombreux produits chimiques utilisés dans la fracturation hydraulique peuvent dérégler non seulement les hormones reproductrices du corps humain, mais également les récepteurs des glucocorticoïdes et des hormones thyroïdiennes, nécessaires au maintien d’une bonne santé.
http://www.sciencedaily.com/releases/2014/06/140623103939.htm
Endocrine Society (23 juin 2014), Hormone-disrupting activity of fracking chemicals worse than initially found, ScienceDaily, article extrait le 15 juillet 2014

6. Mammographie surestimée diagnostics trop nombreux
La directrice générale de Breast Cancer Action (San Francisco), Karuna Jaggar, se demande comment nous pouvons espérer arriver à freiner cette épidémie qu’est lecancer du sein alors que les grandes organisations vouées à la cause continuent de prôner une approche désuète et démythifiée par la science.
http://bcaction.org/2014/06/23/from-the-ed-breast-cancer-mammograms-overrated-and-over-diagnosing-women/

7. Un virus qui s’attaque aux cellules du cancer du sein triple négatif et aux cellules tumorales chez les souris
Résumé tiré du site Web du ScienceDaily
Selon des chercheurs, un virus qui n’est pas connu pour causer de maladie tue des cellules du cancer du sein triple négatif et a éliminé des tumeurs de ce type chez des souris. Si on arrive à comprendre comment ce virus agit, on pourra mettre au point de nouveaux traitements pour le cancer du sein. Pour un des chercheurs, ces résultats sont importants, carla nécrose des tumeurs, ou leur mort, à la suite d’une thérapie sert également à mesurer l’efficacité de la chimiothérapie.
http://www.sciencedaily.com/releases/2014/06/140624110716.htm
Penn State (15 juin 2014), Virus kills triple negative breast cancer cells, tumor cells in mice. ScienceDaily, article extrait le 15 juillet 2014

8. Des aliments restent des aliments!
Un groupe de travail en environnement souhaite que des fabricants majeurs tels Pillsbury, Sara Lee, Shoprite, Safeway, Smucker’s, Fleischman’s, Jimmy Dean, Kroger, Little Debbie, Tyson and Wonder soient sommés de retirer immédiatement de leurs produits un composé chimique nommé diazènedicarboxamide, utilisé dans les plastiques.
http://www.ewg.org/support-our-work/take-action/food-should-be-food

9. Y a-t-il un lien entre cellulaire et cancer du sein?
Le Environmental Health Trust donne des conseils pratiques dans sa rubrique « What you need to know ». Entre autres, au point 4, les experts signalent que les femmes ne devraient pas ranger leur téléphone cellulaire dans leur soutien-gorge.
http://ehtrust.org/cell-phones-and-breast-cancer/

10. Blogue dela l’Association canadienne du droit de l’environnement
Le gouvernement fédéral se cache la tête dans le sable au sujet de la fracturation et de l’Inventaire national des rejets de polluants.
http://www.cela.ca/blog/2014-07-18/federal-government-has-head-in-sand-on-fracking-and-NPRI

11. Un autre bracelet en silicone?
Celui-ci prétend mesurer les expositions aux matières toxiques.
Dans son article, Abby Lippman, chroniqueuse invitée du site du Réseau canadien pour la santé des femmes, conteste le statu quo. Selon elle, des chercheurs astucieuxsemblent tirer avantage de la capacité du silicone à absorber les composés auxquels il est exposé.
http://www.cwhn.ca/en/node/46306

12. Qu’est-ce que la diminution du nombre d’amygdalectomies nous apprend au sujet de la médecine?
Selon l’auteur de cet article, Aaron E. Carroll, aujourd’hui, il est difficile de trouver un grand nombre d’enfants en santé qui ont eu des amygdalectomies. Pas parce que, d’une certaine façon, nous soignons maintenant les amygdalites, mais en grande partie parce que nous connaissons mieux la question grâce entre autres aux recherches de Jack Wennber.
http://www.nytimes.com/2014/07/01/upshot/what-the-reduction-in-tonsillectomies-teaches-us-about-medicine.html?_r=3

13. Apprenons à mieux connaître la technologie sans fil
La fondatrice de Environmental Health Trust (www.ehtrust.org), Devra Davis,nous invite à lire la lettre ouverte qu’elle a adresséeau président Obama pour lui demander de s’assurer que nous connaissons bien les effets biologiques de la technologie sans fil avant de la faire entrer dans nos écoles.

14. Notre pays est-il sur la liste?
Plusieurs pays prennent des mesurespréventives pour minimiser l’exposition de nos enfants aux ondes ultra-courtes.
http://ehtrust.org/wireless-and-children-2/

15. L’ingrédient du mois : le plastique
Écrivain, philosophe, agriculteur à temps partiel et fabricant de savons, Larry Pleasant habite les montagnes Vertes du Vermont. Sonarticle fait le point surles plastiques.
http://www.greenenergytimes.net/2014/06/15/ingredient-of-the-month-3/

16. Critique detrois livres racontant l’expérience de victimes du cancer du sein
http://www.cwhn.ca/en/networkmagazine/bookreviewsonexperiences

17. Angelina Jolie et le problème des récits positifs sur le cancer
Interview d’Emily Keeler, publiée dans Hazlitt (mai 2013)
Le jour où le texte d’Angelina Jolie a paru dans le New York Times, Emily Keeler a rencontré Alicia Louise Merchant pour parler d’Angelina Jolie et de tous ces récits décourageants destinés aux femmes qui sont atteintes du cancer du sein ou dont le risque d’être atteintes est élevé. Alicia coécrit actuellement un livre sur les jeunes femmes et le cancer.
http://www.randomhouse.ca/hazlitt/blog/angelina-jolie-and-problem-neat-cancer-narratives

18. Acheter ou (pas) la façon de se protéger
Chroniqueuses invitées du site du Réseau canadien pour la santé des femmes, Robyn Lee et Dayna Nadine Scott  traitent du fait que les efforts déployéspour tenter de limiter l’exposition des ménages aux agents ignifuges bromés et aux phtalates font en sorte qu’il y a plus de travail à faire et que ce travail incombe de façon soutenue et disproportionnée aux femmes.
http://www.cwhn.ca/en/node/46308


 


Nouvelles en bref